Services Offerts

Alimentation

Alors que les difficultés d’alimentation sont souvent considérées comme étant de nature psychologique, la recherche démontre que 90% de jeunes enfants qui sont des « mangeurs difficiles » ont de vrais problèmes physiques, tels que la douleur en mangeant, un pauvre contrôle oraux-moteur ou des hypersensibilités orales importantes, qui leur laisse sans les habiletés requises pour manger. En fait, dans une étude de 349 enfants, dont la plupart ont été référé pour un « problème comportemental d’alimentation », seulement 2.58% des enfants n’avaient pas de problème médical qui contribuait aux difficultés d’alimentation (Field et al., 2003). Les comportements inappropriés qui sont souvent observés chez les enfants qui ne mangent pas bien sont typiquement secondaires à un déficit d’habiletés.

Étant maman de deux jeunes enfants qui présentaient un trouble d'alimentation, la Directrice d'Orthophonie de l'Ouest de l'Île comprend intimement le stresse d'avoir un enfant qui a des difficultés alimentaires. Lindsay Lapaquette offre des évaluations et de la thérapie, utilisant l’approche thérapeutique Séquentielle Orale Sensorielle ( S.O.S. ). Un enfant peut être évalué aussi tôt que des comportements d’alimentation atypiques sont remarqués, et aussi jeune que 6 à 9 mois d’âge.

Contactez-nous pour une consultation téléphonique gratuite.

Saviez-vous que???

  • c’est un mythe que les enfants mangeront lorsqu’ils auront faim. Environ 4% des enfants n’ont pas les habiletés requises pour manger les aliments présentés. Par conséquent, aviser les parents de simplement refuser de donner à l’enfant ses aliments préférés afin de l’encourager de manger d’autres aliments n’aidera pas ces enfants.
  • en évaluant l’alimentation d’un enfant, il faut prendre en considération ce que l’enfant mangera de manière constante et non pas ce qu’il mangera seulement à l’occasion.
  • quand les parents rapportent des difficultés d’alimentation, la croissance n’est pas le seul facteur à prendre en considération afin de décider si l’enfant devrait être référé ou non pour une évaluation et la thérapie. Des études variés ont démontré que 24-77% d’enfants identifies avec un trouble d’alimentation n’étaient pas en-dessous du 5ième rang centile sur leur courbe de croissance pour le poids;
  • la nourriture ne devrait pas être introduite jusqu’à ce que l’enfant soit capable de s’asseoir de manière indépendante, puisque leurs muscles ne sont pas assez développés pour bien exécuter les mouvements requis pour manger jusqu’à ce qu’il s’asseoit seul.
  • pour les enfants prématurés, l’âge développemental doit être ajusté pour l’introduction d’aliments.
  • des difficultés d’alimentation peuvent être parmi des signes précoces de conditions telles que l’autisme, la fibrose kystique, la paralysie cérébrale et les malformations cardiaques congénitales.

Indices que l’enfant pourrait avoir un trouble d’alimentation :

  • le bébé a eu de la difficulté à faire la transition de purées lisses aux purées avec plus de texture ou de purées avec texture aux petits morceaux
  • l’enfant ne mange pas certaines textures et/ou ne mélange pas les aliments ayant des textures différentes (ex. l’enfant mange du jambon et du pain, mais pas un sandwich)
  • l’enfant mange aucun aliment d’au moins un des groupes alimentaires
  • l’enfant insiste à toujours manger les mêmes aliments
  • l’enfant ne peut pas tolérer de nouveaux aliments sur son assiette
  • l’enfant veut seulement manger de la “malbouffe”: ces aliments ont tendance à être plus facile à manger d’un point de vu oraux-moteur et sensoriel, ce qui peut être la raison pourquoi l’enfant refuse tout autre aliment
  • l’enfant refuse de rester assis pendant les repas
  • la famille rapporte que les repas sont très stressants
  • les parents mentionnent le besoin d’utiliser des jouets, la télé, etc. pour encourager l’enfant à manger
  • l’enfant fait des crises pendant les repas
  • les parents rapportent que les repas prennent plus que 30 minutes
  • les parents utilisent des renforçateurs extrinsèques ou doivent continuellement dire à l’enfant de manger pendant les repas

Parmi les enfants qui sont le plus à risque de présenter un trouble d’alimentation, on compte:

  • les bébés prématurés et/ou les bébés ayant un faible poids à la naissance: noter que la recherche démontre que le risque pour les enfants nés à 34 – 36.6 semaines de gestation est presque exactement le même que pour ceux qui sont nés plus tôt (DeMauro et al., 2006);
  • les enfants ayant un retard ou trouble de développement : un trouble d’alimentation est présent chez 33-80% de ces enfants (Arvedson, 2008; Lefton-Greif, 2008; Williams, Witherspoon, Kavsac, Patterson, & McBlain, 2006);
  • les bébés/enfants ayant la maladie du reflux gastro-œsophagien ou d’autre troubles gastro-intestinaux : 50% des enfants référés aux cliniques d’alimentation ont ou ont eu des reflux;
  • les enfants avec des sensibilités ou des intolérances alimentaires;
  • les enfants qui ont un retard staturo-pondéral;
  • les bébés qui n’explorent pas les objets avec leur bouche.

Contactez-nous

Orthophonie de l'Ouest de l'Île
(514) 551-0493
info@westislandspeech.ca
Suivez-nous sur